Tout ce que fait le pouvoir de l'Univers se fait dans un cercle. Le ciel est rond et j'ai entendu dire que la terre est ronde comme une balle et que toutes les étoiles le sont aussi. Les oiseaux font leur nid en cercle parce qu'ils ont la même religion que nous. Le soleil s'élève et redescend dans un cercle, la lune fait de même, et tous deux sont rond. Hehaka Sapa

samedi 30 juillet 2011

Et le soleil dans tout çà...


Samedi 30 juillet 2011, Soubès


Je n'avais quasiment pas écrit depuis « le haut et le bas ». C'était une étape importante qui m'avait permis de poser des bases de réflexion. Pourtant l'envie d'écrire ne m'avait pas quitté et je me suis souvent surpris à penser à le faire, mais sans plus. Et puis tout récemment j'ai voulu ce blog pour poser la suite.

Voici bientôt trois ans, j'ai lu un article sur le sungazing (en français : le « regardage du soleil »). C'était le récit d'une expérience dans un numéro de biocontact consacré à la lumière.

Pour résumer, le sungazing est une vieille technique ayurvédique redécouverte par un indien qui a pu en constater les effets sur lui-même avant de la faire connaître comme moyen de développement personnel.

21 Septembre 2008 : je regarde le soleil se lever pendant 10 secondes. C'est frustrant.
Chaque jour, j'augmente le temps de 10 secondes.
Les jours passent et rétrécissent, je dois changer de lieu d'observation car l'horizon autour de chez moi est rempli d'obstacles et l'observation ne peut se faire que pendant la première heure, c'est à dire avant l'arrivée des rayons ultra-violets.
L'hiver arrive et le temps augmentant, je dois me couvrir. Je laisse de côté le conseil de rester pieds nus, ne vivant pas sous les tropiques. Par contre j'amène toujours une bouteille d'eau en verre que j'ai pris soin de remplir d'eau de source et de laisser au soleil plusieurs heures avant de la boire. L'oeil est un muscle qui a besoin de s'hydrater lorsqu'on le sollicite. Et le soleil en direct sollicite...

Plus le temps avance, et plus il me faut du temps après chaque scéance pour retrouver la neutralité rétinienne. Le phosphène dû au soleil est très puissant et laisse de magnifiques couleurs qu'il faut apprendre à « digérer ». D'ou cette précaution de progresser prudemment de 10 secondes en 10 secondes. Je constaterai plus tard que ce temps de nettoyage rétinien diminue, en fait lorsque j'ai dépassé une vingtaine de minutes. Il est à l'heure où j'écris de quelques secondes.

Avec le printemps, je sors mon violon. Un excellent moment, seul avec la nature, les yeux dans les yeux avec l'astre responsable de mon existence. Il me faudra un an et demi pour atteindre les 44 minutes, temps maximum conseillé avec lequel la glande pinéale est rechargée.

Lorsque j'en étais à une dizaine de minutes, un ami médecin reconverti dans le vin pensait que j'allais perdre la vue. Il m'a fait rire. Jamais je n'aurais imaginé que l'oeil humain pouvait rester dix minutes à fixer le soleil, pourtant c'était bien là ma réalité quotidienne, mais lui avec sa médecine, il avait la certitude que c'était impossible. Le matin de juin 2010 où je réalise 44 minutes , je lui fais un message en lui commandant pour le soir même une caisse de son vin !

Toutes ces heures passées à engranger la lumière , à méditer, à jouer m'ont insensiblement changé. Par exemple, je ne crains plus la lumière des phares quand je roule la nuit. Mais le principal effet concerne mon temps de sommeil : je dors nettement moins( 7 à 8 heures autrefois, maintenant 4 à 6 heures me reposent amplement) et ceci est lié à l'évolution de ma glande pinéale.

Je parlais un soir avec un ami de sungazing et il me demande si j'ai consulté un ophtalmo par acquis de conscience, je lui dis que non, mais pourquoi pas. Le même soir je me retrouve assis à table avec comme voisin un anglais ophtalmologue. Je lui explique le sungazing. Il me croit, mais il n'en revient pas. A ce jour, je n'ai toujours pas consulté d'ophtalmo.

Par contre, je lis tout ce que je trouve sur la glande pinéale.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire